Les contenus de la région '' vous seront proposés par défaut, en plus des contenus nationaux sur tout le site. Ce choix s'appliquera également lors de vos prochaines visites.

Vous disposez d'une adresse @inserm.fr, @aviesan.fr, @anrs.fr,
Connectez-vous pour accéder aux pages réservées, pour voir directement
les contenus de votre délégation et pour organiser vos outils Inserm.

D’un DuoDay à un CDD

Le DuoDay est une opération de sensibilisation nationale qui vise à rapprocher les personnes en situation de handicap du monde professionnel. Une expérience réussie au sein du Laboratoire de spectrométrie de masse bio-organique (LSMBO) de l’Institut pluridisciplinaire Hubert-Curien (CNRS/Université de Strasbourg), où la rencontre entre François Delalande et Valériane Gaxotte a abouti à la création d'un CDD.

Siège
A+ / A-

Après une licence de physique-chimie franco-allemande et un double master en chimie de synthèse et en chimie des matériaux à Mulhouse, Valériane Gaxotte recherche un premier emploi. « Au cours de mes recherches sur Internet, j’ai découvert l’initiative DuoDay et notamment l’offre de François Delalande, ingénieur de recherche Inserm, qui proposait de faire découvrir son métier et le quotidien du laboratoire pendant une demi-journée. » Valériane y voit tout de suite une belle opportunité de participer à la vie d’une équipe de recherche : « Après des mois de visioconférences, la perspective de pouvoir rencontrer physiquement ces scientifiques m’a tout de suite enthousiasmée. Je voulais avoir un contact direct avec chacun et m’imprégner de l’ambiance du terrain. Cette initiative correspondait en tout point à mon profil et à ce que je recherchais. C’est un heureux hasard. »

De son côté, François Delalande informe son équipe de la visite d’une stagiaire sans rentrer dans le détail de l’opération DuoDay : « J’ai fait allusion au DuoDay sans expliciter. Libre à chacun, s’il avait envie de comprendre, d’aller voir ce que cela voulait dire. » Lors de sa visite, Valériane apprécie cette attention : « Plus que le statut, ce sont les compétences et les qualités personnelles qui ont été mises en avant lors de ce premier contact. Il n’a jamais été question de handicap, ce fut très appréciable. »

En immersion au sein du laboratoire de spectrométrie de masse bio-organique

Durant une demi-journée, Valériane est accueillie à l’Institut pluridisciplinaire Hubert-Curien au sein de l’équipe du LSMBO. L’équipe est à l’interface de la chimie et de la biologie et fait principalement de l’analyse protéomique par spectrométrie de masse. Au programme : une présentation de l’institut, une visite du laboratoire et un séminaire interne où Valériane a pu rencontrer l’ensemble des personnels : « J’ai eu l’occasion d’échanger de manière plus étroite avec différents membres de l’équipe. Cela m’a permis de m’imprégner de leur quotidien et de leur mission. J’ai également découvert le fonctionnement de certains appareils. »

Un enrichissement mutuel 

L’ambiance chaleureuse et bienveillante du laboratoire enthousiasme Valériane qui, à l’issue de cette découverte, est confortée dans son projet professionnel : elle souhaite intégrer un laboratoire de spectrométrie de masse. 

Pour l’équipe, l’expérience est tout aussi enrichissante. Christine Carapito, chercheuse et désormais encadrante de Valériane, est impressionnée par la motivation et le dynamisme de Valériane lors de cette première rencontre : « J’ai identifié chez Valériane, un enthousiasme et un intérêt qu’on ne ressent pas souvent ! J’ai creusé son parcours, qui collait en tous points à nos attentes pour intégrer un projet de recherche. On avait tous envie de lui donner une chance et de commencer à travailler avec elle. »

L’après-DuoDay

La demi-journée de découverte se concrétise puisque le laboratoire revient vers Valériane pour lui proposer d’intégrer l’équipe. Depuis février 2021, Valériane Gaxotte a rejoint l’équipe en CDD en tant qu’ingénieure d’études. Depuis, Valériane est très épanouie dans son quotidien de travail : « J’ai la chance de travailler sur un projet innovant de développement d’une nouvelle méthode de protéomique quantitative. Je travaille aussi quotidiennement en synergie avec les autres membres de l’équipe. J’échange et je me forme aux côtés de mes collègues. » Aurélie Hirschler, ingénieure et collègue proche de Valériane, souligne son plaisir à travailler en binôme avec elle : « C’est une très belle rencontre professionnelle. »

Concernant son handicap, Valériane reste discrète : « Je souffre d’un handicap invisible, que je ne trouve pas nécessaire de mettre en avant. Ce qui m’importe c’est la qualité de mon travail et mes compétences. » Quand on lui demande où elle veut être dans dix ans, Valériane répond : « Je suis déjà très heureuse d’intégrer l’équipe du LSMBO. C’est une belle porte d’entrée sur le monde du travail. Dans dix ans, je me projette toujours au sein du laboratoire. Je souhaite apprendre le plus possible ! »

Le mot de la fin

François Delalande est prudent lors de la mise en ligne de sa première offre DuoDay : « Lorsque j’ai déposé l’offre, j’ai bien précisé qu’il s’agissait d’un temps de découverte et pas d’un entretien d’embauche. Je ne voulais pas donner de faux espoirs.» Pourtant, il encourage désormais les autres équipes de recherche à accueillir un stagiaire : « Que ce soit pour le laboratoire ou pour la personne, cette initiative DuoDay peut ouvrir de très belles perspectives. » L’ingénieur de recherche est ouvert à l’accueil d’autres types de handicap mais malheureusement, du fait du travail sensible sur de grosses machines, les personnels en fauteuil roulant ne peuvent accéder à toutes les salles :  « Je l’ai évidement spécifié lors de mon inscription au DuoDay. »

De son côté, Valériane ajoute : « Je trouve dommage que les sciences ne soient pas plus mises en avant. Je ne peux qu’inciter les structures de recherche privées ou publiques à participer au prochain DuoDay. Avec François, on s’est d’ailleurs mis d’accord pour que ce soit moi qui accueille un futur stagiaire DuoDay ! »

Vous aussi, vous avez envie d’une belle rencontre professionnelle ? Inscrivez-vous au DuoDay 2021 avant le 5 novembre prochain !

Participer au DuoDay du 18 novembre 2021

Acteur engagé en faveur des personnes en situation de handicap, l’Inserm participe à la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées à travers l’opération DuoDay. Le temps d’une journée, une personne en situation de handicap découvre le métier et l’environnement professionnel d’un salarié avec lequel il forme un binôme.

Vous avez jusqu’au 5 novembre pour proposer une immersion professionnelle à vos côtés.

Marche à suivre :

- parlez-en à votre responsable et à votre équipe ;

- remplissez ce questionnaire pour renseigner les informations liées à votre futur duo (missions, principales contraintes liées à votre poste, journée-type… ; 

- une fois le questionnaire rempli, vous serez notifié de la publication de son offre sur la plateforme DuoDay ;

- le référent DuoDay en DR revient vers vous dès lors que votre duo est constitué.

Quelles conditions d’accueil pour l’édition 2021 ?

L’ensemble des structures pourra accueillir des personnes en situation de handicap, tout en respectant des mesures sanitaires renforcées du fait de l’épidémie.

Concernant spécifiquement les activités de laboratoire, chacun veillera à proposer aux personnes en situation de handicap, des conditions d’accueil compatibles avec les risques potentiellement présents. L’exposition aux travaux dangereux requiert une formation spécifique à la sécurité au poste de travail. Certaines activités sont soumises à l’avis préalable du médecin du travail. Les missions proposées à la personne accueillie devront donc en tenir compte.