Les contenus de la région '' vous seront proposés par défaut, en plus des contenus nationaux sur tout le site. Ce choix s'appliquera également lors de vos prochaines visites.

Risques physiques et matériels

Bien que la vocation initiale de l’Inserm soit tournée vers la recherche biomédicale, les avancées techniques et scientifiques qu’il réalise impliquent l’utilisation d’équipements de plus en plus performants qui font apparaître des risques liés aux phénomènes physiques. Ces risques sont multiples et concernent l’utilisation des équipements et l’environnement de travail. Ils englobent le risque électrique, le bruit, les rayonnements optiques ou électromagnétiques, les équipements sous pression, ainsi que les ambiances lumineuses et les machines-outils.

A+ / A-

Risques électriques

Source d’énergie incontournable et la plus répandue car facile d’accès et d’utilisation, l’électricité peut présenter des risques et occasionner des accidents souvent graves aux personnes et aux biens. La prévention du risque électrique sur les lieux du travail est régie par le Code du travail, qui vise la suppression ou à défaut la réduction du risque électrique. Ainsi, l’employeur doit procéder à la vérification annuelle des installations électriques afin de les maintenir en conformité. Cette vérification annuelle est effectuée par un organisme agréé avec l’édition d’un rapport soumis aux parties intéressées.

Bruits

L’exposition au bruit sur les lieux de travail peut être néfaste à la santé des travailleurs. Reconnues comme maladies professionnelles, les nuisances sonores en milieu de travail constituent un risque réel. Le bruit dans les laboratoires de l’Inserm est en dessous du seuil de la réglementation, qui est fixé à 80 dB(A) pour 8 heures d’exposition. Toutefois, il existe un risque de fatigue auditive. Parmi de nombreux appareils, les matériels à base des ultrasons sont couramment utilisés dans les laboratoires de recherche. Les mesures de prévention lors de l’utilisation de ce type de matériel sont présentées dans la fiche technique ci-dessous.

Champs électromagnétiques

Imperceptibles, mais constamment présents y compris dans le milieu de travail, les champs électromagnétiques peuvent avoir des effets sur l’environnement et la santé humaine surtout lorsqu’ils dépassent un certain seuil. 

Le décret n° 2016 – 1074 du 3 août 2016 transposé dans le Code du travail vise à protéger les travailleurs contre les risques liés aux champs électromagnétiques. Cette prévention repose sur une démarche d’évaluation des risques, la mise en place de la protection ainsi que la formation et l’information des travailleurs quand leur exposition est susceptible d’atteindre ou dépasser les valeurs limites d’exposition.

Rayonnements optiques artificiels


Le laser est un dispositif permettant une amplification de la lumière par émission stimulée de rayonnement. Il est largement utilisé dans l’industrie et le milieu hospitalier et son utilisation est de plus en plus fréquente dans les laboratoires de recherche, notamment à des fins d’imagerie.

L’exposition directe ou indirecte aux rayonnements laser puissants peut provoquer des troubles visuels et/ou des lésions oculaires. L’effet thermique des rayons laser peut être dangereux pour la peau (rougeurs, brulures…). Certains appareils laser, en fonction de leur puissance ou du milieu actif des appareils (solide, liquide, à gaz) peuvent également induire des risques électriques, chimiques ou incendie.

La norme NF EN 60825 – 1 (2001) regroupe les lasers en sept classes selon le type, la puissance d’émission et les dommages qu’ils peuvent provoquer sur les tissus biologiques ou la matière. La prévention des risques doit intégrer le respect des spécifications techniques de cette norme.

Rayonnements ultraviolets

Les ultraviolets sont un des rayonnements électromagnétiques non ionisants. La principale source d’émission de ces rayonnements est le soleil. Selon les longueurs d’onde émises, les rayonnements ultraviolets se divisent en trois domaines : UVA, UVB et UVC.

L’exposition professionnelle intense ou prolongée aux rayonnements ultraviolets peut entraîner les effets néfastes sur la peau : érythèmes, pigmentation immédiate et, à plus long terme, vieillissement cutané. L’exposition prolongée aux UV (quel que soit leur type) peut aboutir à un cancer. Les yeux sont une autre cible des UV car le rayonnement ultraviolet est invisible. Les effets oculaires rapides du rayonnement UV peuvent provoquer les photo-kératites ou les photo-conjonctivites. Les effets chroniques favorisent la formation d’une cataracte. 

L’utilisation des rayonnements ultraviolets (UV) dans les laboratoires de recherche consiste en l’emploi de sources artificielles émettrices des ultraviolets telles que les lampes ou les transilluminateurs UV employés pour la lecture et la découpe des gels. La réduction des risques d’exposition aux rayonnements UV doit favoriser la mise en œuvre de mesures de prévention qui viseront la réduction du temps et de l’intensité d’exposition. Afin de protéger les utilisateurs des risques d’illumination avérée, il convient d’utiliser les sources de rayonnement UV capotées ainsi que les équipements de protection individuelle (EPI) recommandés dans la fiche technique ci-dessous.

Machines et matériel

L’acquisition, l’utilisation et la maintenance des équipements de travail repose sur les obligations réglementaires qui doivent être respectées non seulement par les concepteurs, mais également par les utilisateurs. Ce dossier contient des documents qui préconisent les démarches de prévention pour certains équipements en vue de leur utilisation et conservation en bon état de marche.

Appareils sous pression

Les équipements sous pression (ESP) sont les appareils destinés à la production, la fabrication, l’emmagasinage ou la mise en œuvre, sous une pression supérieure à la pression atmosphérique des vapeurs ou gaz comprimés, liquéfiés ou dissous. Dans les laboratoires de recherche on peut rencontrer trois catégories d’appareils :

  • Appareils sous pression : compresseurs, bouteilles de gaz comprimé, réservoirs, tuyauteries et appareils de vapeur : chaudières, autoclaves à stérilisation de liquide, équipements hydrauliques.
  • Appareils sous vide : évaporateurs, dessiccateurs. 
  • Montages expérimentaux utilisant un fluide en surpression ou en dépression.

Les extincteurs incendie portatifs ou fixes font également partie des équipements sous pression.